Lucerne: une hausse, plutôt qu’une baisse du taux d’impôt

Selon toute vraisemblance, la réforme fiscale ne coûtera rien au canton de Lucerne, selon son responsable des finances Marcel Schwerzmann. Le canton bénéficie des réformes précédentes. Alors que la suppression des régimes fiscaux spéciaux pousse de nombreux cantons à abaisser le taux ordinaire d’imposition, pour se rapprocher du taux spécial et rester attractifs au plan international, ce ne sera pas le cas de Lucerne.

En effet, ce canton offre actuellement le taux le plus faible, à 12,3%. Il n’y a donc pas de nécessité d’agir, si ce n’est peut-être en augmentant légèrement le taux cantonal de 0,1%, ce que le gouvernement lucernois entend réaliser.

En raison également de ce taux bas, le canton n’envisage d’accorder les nouveaux outils fiscaux que de manière limitative. Ainsi il propose de n’autoriser qu’un allégement de 10% sur les bénéfices issus de brevets (la loi fédérale prévoit jusqu’à 90%) et des allégements cumulés seulement à raison de 20% (70% dans la loi fédérale).

Enfin, outre l’augmentation très légère du taux d’imposition cantonal, Lucerne envisage aussi de relever l’imposition des dividendes à 70% (contre 60% aujourd’hui), ainsi que l’impôt sur la fortune, mais en doublant les franchises actuelles.

Projet soumis à consultation dans le canton de Lucerne